Etudes

Déscolarisation et raccrochage scolaire

  • Commanditaire : DRDJSCS, Direccte

Réduire le décrochage scolaire et ses conséquences, est un enjeu humain (non valorisation des talents, préjudice psychologique…), social et économique majeur (compétitivité du pays, coûts importants pour la société…).
Cette étude identifiera des éléments spécifiques du phénomène de décrochage scolaire chez les jeunes de 14 à 20 ans en Bourgogne et les réponses apportées en région.
Deux étapes sont proposées pour identifier les points de ruptures cruciaux communs aux différents jeunes pris en considération et les points de forts des dispositifs existants :
– dresser un schéma des missions globales, des fonctionnements, des coordinations existantes et des résultats obtenus des acteurs en présence pour identifier les points complémentaires et zones potentielles de « non couverture » en ciblant les 4 champs suivants : prévention, détection, orientation, actions correctrices.
– produire une synthèse de l’ensemble des données existantes en Bourgogne et proposer une lecture critique des indicateurs.
Cette étude sera finalisée au second semestre 2016.

 

Diagnostic et analyse des personnes âgées de 60 ans et plus, pour un programme nivernais en actions de prévention adaptées

  • Commanditaire : Conseil Départemental de la Nièvre

En réponse aux objectifs de la conférence des financeurs, le Conseil départemental de la Nièvre a missionné le GIE IMPA en vue de :

  1. Réaliser un état des lieux des données socio-démographiques et de santé sur la situation des personnes âgées
  2. Recenser les offres et les initiatives existantes, dans la Nièvre, en tenant compte des différents outils utilisés par les organismes intervenants (schémas, programme pluriannuel, contrats locaux de santé, projet institutionnel …) et en spécifiant celles relevant de la prévention
  3. Élaborer un diagnostic des besoins des personnes âgées de 60 ans et plus et de leurs aidants
  4. Proposer un programme d’actions individuelles et collectives de prévention ainsi que leur coût hiérarchisé au regard des offres et des besoins recensés, accompagné des indicateurs de suivi (accès aux aides techniques, mode d’achat innovants, actions en faveur des personnes en Gir 5 et 6, soutien aux aidants, etc.)

La réalisation des deux premiers points a été confiée par le GIE IMPA à l’ORS BFC et ont déjà  fait l’objet d’une présentation à la Conférence des financeurs tenue en juillet. Conduits en relation avec un comité de pilotage et un comité scientifique, les 4 travaux seront achevés en septembre 2016.

« OBSUIVAL » : Défaut d’inhibition cognitive et tentative de suicide chez le sujet âgé : caractérisation par eye tracking et impact des interactions psychosociales

  • Commanditaire : Iresp

Le Laboratoire de Neurosciences Cliniques et Intégratives de l’Université de Franche-Comté, l’Observatoire régional de santé Bourgogne-Franche-Comté, le Groupe d’études sur le suicide de l’Université de Mac Gill à Montréal et le Centre Maurice Halbwachs (CNRS, EHESS, ENS) à Paris sont associés à une recherche financée par l’Institut de Recherche et d’Etudes en Santé Publique, sur la relation entre les capacités cognitives, en particulier le défaut d’inhibition des personnes âgées, et les caractéristiques psychosociales à travers la qualité des interactions sociales de la personne âgée.
L’objectif principal de l’étude est de déterminer la corrélation entre le défaut d’inhibition cognitive et le comportement suicidaire chez les sujets âgés dépressifs. L’objectif secondaire consiste à caractériser chez les personnes ayant un trouble de l’inhibition cognitive l’impact des interactions sociales dans les processus de compensation des pertes des capacités d’inhibition.
Pour cela une étude cas -témoin sur 2 groupes de patients âgés de 65 ans et plus déprimés sera réalisée. Durant 3 ans et commencera fin 2016. L’ORS assurera l’évaluation des interactions sociales à l’occasion d’entretiens individuels conduits à distance de l’hospitalisation
L’analyse des données permettra de préciser certains facteurs de risques de suicide et de récidive chez les personnes âgées de plus de 65 ans et de mieux comprendre leurs interactions. Il apportera ainsi des éléments permettant d’orienter les politiques régionales de santé afin de mieux prévenir les tentatives de suicide et leurs récidives.