Diagnostic PRS2 : Addictions


Catégorie(s) : Publication | Mot(s)-clé(s) : .
Diag PRS2 addictions

Un diagnostic sur les addictions a été réalisé en 2017 par l’Observatoire Régional de la Santé (ORS) à la demande de l’Agence Régionale de Santé (ARS). Il se situe dans le cadre de la préparation du Projet Régional de Santé (PRS) 2018-2022, tel que défini par la loi de modernisation de notre système de santé (Art. 58 Loi 1 art L1434-2 CSP). Il donne des éléments de cadrage en lien avec le parcours de santé « Addictions ».

Le diagnostic est structuré comme suit :

  • Facteurs de risques et comportements
  • État de santé : morbidité, mortalité
  • Offre

Les Bourguignons-francs-comtois déclarent des consommations régulières de produits psychoactifs (tabac, alcool, cannabis) moins fréquentes qu’en France ou dans la moyenne des régions françaises. Il existe par ailleurs des écarts entre hommes et femmes, selon les classes d’âge et les conditions socio-économiques. Parmi les facteurs de protection, le développement des compétences psychosociales apparaît comme un levier de prévention important à mobiliser.

Plus de 11 000 séjours hospitaliers ont eu lieu dans la région, en 2016, pour prendre en charge des addictions, tous services confondus (MCO, psychiatrie, services de soins de suite et de réadaptation) dont la majeure partie a été réalisée en MCO. Par ailleurs, en 2015, plus de 15 000 personnes ont été accueillies, au moins une fois dans l’année, en consultation dans un centre de soins, d’accompagnement et de prévention en addictologie (CSAPA) de la région. L’alcool est le principal produit en cause dans le recours aux soins.

Entre 2009 et 2013, en moyenne chaque année, 3 325 personnes sont décédées d’une cause liée à la consommation de tabac (10 décès / 10 000 habitants) et 2 569 du fait de  consommation d’alcool (7,7 / 10 000).

La filière hospitalière en addictologie est organisée en 3 niveaux de recours proposant diverses modalités de prise en charge : consultations externes, hospitalisation de jour, sevrages simples ou complexes, soins de suite et de réadaptation. Par ailleurs, la région compte 18 CSAPA, 8 centres d’accueil et d’accompagnement à la réduction des risques pour usagers de drogues (CAARUD) et 23 sites proposent des consultations jeunes consommateurs (CJC).

Des programmes de prévention sont soutenus financièrement par l’ARS, ainsi que par la Mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives (Mildeca), dans le cadre de la déclinaison territoriale du plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives.

Télécharger le fichier (Inconnu)

Share on FacebookTweet about this on Twitter